...
 
Accueil  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 it's a beginning

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


messages : 5
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: it's a beginning   Dim 2 Sep - 18:33



De tous les enfants qui l’entouraient et qui rêvaient qu’une famille pose leur regard sur eux pour les sortir enfin de l’orphelinat. Théo agissait à l’inverse, il ne voulait pas trouver de famille, ce qu’il voulait, c’était retrouver sa famille, celle de laquelle il avait été séparé alors qu’il n’était qu’un bébé. Il détestait l’orphelinat, mais pendant de longues années, il avait espéré que ses parents viennent le chercher. S’ils lui manquaient autant, cela devait être pareil pour eux et un jour, ils finiraient bien par passer les murs d’enceinte pour le ramener avec eux. Sauf que les années étaient passées et que personne n’était jamais venu. Laissant échapper un soupire Théo qui venait de souffler sa onzième bougie le soir même, abandonna le rebord de la fenêtre pour se cacher sous sa couette. Il retira de sous son pyjama un étrange pendentif cerclé d’or. D’une petite voix, il murmura le mot « memoria ». Le bijou se mit doucement à briller, chatouillement la paume de sa main jusqu’à ce que les premières images apparaissent. Depuis qu’Odette, une de ses éducatrices lui avait appris la formule, il n’arrêtait pas de se repasser les images. Cela lui donnait du courage et surtout la volonté nécessaire pour continuer à attendre. Son pendentif était en fait une boite à souvenirs. Des souvenirs que ses parents avaient enregistrés avant sa naissance. Celui qu’il préférait, était un souvenir avec sa mère et lui, encore dans son ventre. Elle lui parlait de son père, qu’elle l’aimait très fort et surtout elle chantait. Alors le gamin se laisse tranquillement porté par la voix de sa mère avant de s’endormir, espérant une fois de plus que celle-ci vienne le chercher.


Théo s’était toujours senti à part, différent des autres enfants. Parfois, il arrivait des choses étranges autour de lui, des portes qui claquent, des lumières qui s’allument. Jusqu’à ce qu’Odette lui explique qu’il n’était pas fou, qu’il possédait quelque chose de plus qui le rendait unique : La magie. Au début, il ne l’avait pas cru, jusqu’à ce qu’elle lui monte comme utiliser ce pendentif. Odette lui avait expliqué son histoire. Ses parents étaient sorciers, sa sœur aussi, mais pas elle. Enfant, elle avait attendu patiemment que ses pouvoirs émergents, mais pour une raison inconnue, elle n’avait pas eu cette chance. Une fois adulte, elle avait pris la décision de partir vivre chez les moldus, ceux n’ayant pas de pouvoir magique. Sans Odette, il n’aurait sûrement jamais su ce que recelait son pendentif.


Au petit matin, alors qu’il était en train de déjeuner. Il fut appelé dans le bureau de la directrice, Odette l’y attendait. C’était la première fois qui la voyait aussi bien habillée. Elle portait un petit tailleur rouge et ses cheveux étaient remontés en chignon. Dans ses mains, une lettre manuscrite qu’elle déposa dans ses mains. Quand il l’ouvrit, il sentit tout d’abord une agréable odeur de parchemins, le papier craquelé sous ses doigts lui donnait l’impression d’être un archéologue découvrant un secret ancestral. La lettre lui était adressée, la première de toute sa vie. Son cœur se mit à battre la chamade. Peut-être que ses parents l’avaient enfin retrouvé… Il grimaça quand il comprit que ce n’était pas le cas. La lettre stipulait qu’il avait été admis à Ilvermorny, une école qui l’attendrait dès la rentrée prochaine. Soit dans 3 jours. « Je ne comprends pas. » Théo n’avait pas cherché à rentrer dans une autre école, il aimait bien la sienne, il y avait ses amis…Et puis s'il partait comment ses parents pourraient le retrouver ? « Ilvermorny est une école très spéciale Théo, elle s’occupe des gens comme toi, ceux qui sont différents… »


« Tu vas voir tu vas adorer Ilvermorny » D’un air mi-curieux , mi apeuré, il observait la sœur d’Odette. Luna était plus jeune que sa sœur, blonde, rayonnante et surtout étrange. Théo avait failli s’étrangler quand elle avait sorti sa baguette de sa robe pour leur ouvrir un chemin vers un endroit inconnu des moldus. « Nous allons t’acheter tout ce qu’il te faut ! » La famille d’Odette s’occupait depuis des générations, d’enfants comme lui. Ils étaient en quelques sortes des mécènes, qui offraient aux enfants sorciers mais abandonnés un moyen de réussir leur vie. « Beaucoup disent que la meilleure école de sorcellerie est Poudlard, mais je ne suis pas d’accord ! » A vrai dire, Théo ne comprenait rien à ce qu’elle lui racontait… Pour le moment, tout ceci était nouveau pour lui et il s’émerveillait à chaque fois que son regard se posait sur quelque chose. Des chouettes d’un côté, pleins d’autres enfants de son âge… C’était un véritable émerveillement, si bien qu’il se sentait un petit peu à part. Luna s’arrêta à côté d’un magasin et si engouffra. Théo fut surpris par la décoration. C’était bien loin de celle des moldus. Ici, tout était plus sombre, plus mystérieux et surtout plus poussiéreux. Une vieille dame portant des lunettes rondes arriva rapidement à leur rencontre. Visiblement, les deux femmes se connaissaient. « Bonjour Madame Rumble, je vous présente Théo, il aurait besoin de sa première baguette. » La femme s’approcha de lui et l’observa de la tête aux pieds. Le jeune garçon n’avait qu’une hâte sortir d’ici en courant, elle le terrifiait. « Hmmm, voyons voir… » Madame Rumble tourna les talons et s’enfonça dans un méandre de couloirs et d’étagère. Elle revint quelques secondes après avec une baguette noire. « Bois de Noyer, crin de kelpie… » Pas vraiment rassuré, il attrapa la baguette du bout des doigts. « Tu dois faire le geste, Théo. » Il observa Luna qui fit tourner sa baguette pour créer un très joli arc-en-ciel. « D’accord. » Il en fit de même, mais à l’instant ou il abaissa sa baguette celle-ci le projeta 1 mètre plus loin . « Hmmm, visiblement, elle ne vous convient pas… » C’était peu de le dire. Luna l’aida à se relever et lui expliqua brièvement que trouver sa baguette pouvait prendre du temps et laisser quelques séquelles, très rassurant. 3 essais plus tard et après avoir fait explosé un banc, Théo grimaça en attrapent une énième baguette. « La baguette choisit son sorcier Théo, espérons que celle-ci soit la bonne. Chêne blanc, crin de licorne.. » Théo sentit tout de suite une étrange sensation en saisissant la baguette blanche. Une puissance étrange lui parcourut les veines et une lumière étrange sortit de cette dernière quand il fit enfin son geste. « Et bien, on dirait que nous avons trouvé la baguette qui vous convient… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


messages : 5
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Dim 2 Sep - 18:38



11 mois plus tard
Thunderbird, sa maison était devenue sa nouvelle famille. Ses premiers jours à Ilvermorny furent une véritable découverte. Par chance, il se lia d’amitié dès le premier jour avec Ilana et son frère jumeau Ivan. Tout deux étaient issus d’une famille de sorciers et connaissaient parfaitement les petites choses à savoir pour survivre à l’année. Rapidement, Théo s’acclimata à sa nouvelle vie de sorciers. Doué, il devint rapidement l’un des meilleurs élèves de sa classe, ce qui créa bien sur quelques jalousies. Mais le jeune garçon s’en moquait. Ici, tout était bien mieux qu’à l’orphelinat. Il savait qu’il n’y retournerait pas. Le directeur avait demandé aux parents d’Ilana et d’Ivan de s’occuper de lui pendant les vacances d’été. Dans quelques jours, ils partiront donc pour découvrir un nouveau mode de vie. Vivre dans une famille de sorcier. L’école lui manquerait, il en était certain, mais il était encore plus impatient de découvrir une vraie vie de sorcier. Il espérait réussir à enfin trouver les réponses qu’il cherchait. Après tout, les parents de ses amis pourraient peut-être lui permettre de trouver ses parents… Cette idée ne l’avait pas quitté. Au fond de lui, il en était sûr, sa famille le cherchait et finirait bien par le retrouver…


« Tu es sûr ? »
Théo soupira tout en regardant Ivan qui observait son plan. « Oui ! » Depuis le début de l’année. Ivan avait en tête de trouver la salle secrète de l’école. Bien évidemment, ils allaient d’échecs en échecs. Cette quête perdue d’avance avant même fini par lasser Ilana qui préférait rester en compagnie de ses amies que de suivre son frère et Théo dans leur pseudo-aventure. Observant les grands murs qui servaient de couloir, Théo laissa glisser sa main contre la paroi rocheuse. Cette salle, il voulait la trouver plus que tout au monde. Ivan n’arrêtait pas de lui répéter qu’il pourrait trouver à l’intérieur de celle-ci. Un miroir montrant les êtres aimés au moment précis où l’on le regarde… Un vrai rêve pour Théo qui espérait retrouver ses parents. Alors qu’ils pensaient à eux, il sentit le mur se dérobait sous sa main. « YYYYYYYYYYYYYYYEAHHHHHHHHHHHH !!!! » Ivan lui brisa les tympans et lui sauta dessus. « On l’a trouvé !!! » Le mur se divisa en deux pour les laisser passer. Ils rentrèrent dans la salle sombre. « Lumos. » Du bout de sa baguette, jaillis un jet de lumière qui les éclaire assez pour explorer les lieux.


« Je crois que je l’ai trouvé ! »
Théo crie pour avertir son ami de sa découverte. Le miroir est immense, il n’en a jamais vu d’aussi grand. Plus il s’approche, plus il se sent impatient et terrifiait en même temps. Et si ses parents l’ont oublié, s’ils ont d’autres enfants ? S’ils sont morts ? De nombreuses questions se bousculent dans sa tête, mais le miroir ne lui laisse pas vraiment le temps de réfléchir. Rapidement, une image se dessine. Il reconnaît immédiatement sa mère. Elle est seule, assise à un bureau, triste… L’image disparaît pour laisser apparaître un paysage totalement différent. La verdure prend la place du bureau pour laisser place à des plaines valonées et sauvages. Un homme apparaît. Théo reconnait son père. Il marche à vive allure et passe devant un panneau. « Réserve d’animaux magique de Fichucastel »

« Ah je connais ! » La voix de son meilleur ami le tir dans ses pensées. « J’y suis déjà allé avec mes parents. Tu connais la passion de mon père pour les oiseaux tonnerres ? On est allé en voir la bas, et y en a plein d’autre ! » Théo n’écoutait pas vraiment, la seule chose qu’il retenait, c’est que son père était là quelque part. « C’est où? » « En Irlande. » L’Irlande, pour lui, c’était sur une autre planète, loin de tout… La bas vers l’Angleterre de l’autre côté de l’océan. « Il faut que j’y aille ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


messages : 5
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Dim 2 Sep - 20:41




« Je maintiens que c’est une mauvaise idée. »
Les bras croisés contre sa taille, la jeune fille aux boucles blondes observait son frère et son meilleur ami d’un air déprobateur. « On devrait mieux à parler à Papa et Maman. » Théo vivait depuis plus de quinze jours chez les Longdubat. Il s’y sentait très bien, mais il ne pouvait pas s’empêcher de penser à son père et à la possibilité de le retrouver. « Rien ne dis qu’il y est toujours ! » Ilana tapa du pied. Visiblement, elle cherchait à se faire entendre, mais la jeune fille brassait du vent. Ivan et Théo préparaient le départ de ce dernier depuis le jour où ils avaient découvert le miroir. « Je ne pense pas, il se promenait avec un chien à trois têtes… Peut-être qu’il y travaille… » C’était en tout cas l’espoir du petit garçon, le seul auquel il pouvait se rattacher. « Ou peut être pas ! »

Visiblement, Ilana était la moins idiote des trois, mais les deux garçons préféraient ne pas l’écouter. « Si on parle à Maman et Papa, ils ne nous croiront jamais… » Ilana soupira… Elle connaissait ses parents, ils étaient pris par leur travail au ministère. La dernière fois qu’elle avait abordé le sujet avec sa mère, celle-ci lui avait dit que retrouver les parents de Théo s’avérerait compliqué. Surtout que rien ne disait que le pendentif qu’il possédait été vraiment le sien. Et puis si ses parents avaient vraiment voulu l’abandonner ? Evidemment, la petite blonde avait tout gardé pour elle. Difficile dans ce cas-là de retenir son meilleur ami.

« Oublie pas, tu penses à l’endroit ou tu veux aller et la poudre de cheminette t’y amèneras. » Ivan déposa la poudre dans la main de Théo. Tandis que Ilana déposa ses lèvres sur sa joue. Cela fut suffisant pour que le rouge lui monte aux joues. Trop timide, il ne répondit rien, ce qui eu pour effet de faire rire la jeune fille. « Fais attention à toi. » Théo acquiesça avant de leur sourire. « J’y vais. » Il se recula pour rentrer dans la cheminée. « On se revoit bientôt. » En tout cas, il l’espérait… Il n’avait qu’un essai, il le savait. Ils n’avaient réussi à avoir de la poudre que pour un voyage et les maigres économies de ses amis ne lui permettrait pas de rester trop longtemps… Théo lâcha la poudre tout en criant « Fichucastel. » Il se sentit tomber et se mit à lutter pour ne pas vomir. Peu habitué à ce genre de voyage, il ne l’avait fait qu’une fois quelques jours plus tôt pour se rendre à un match de Quidditch, Théo s’écroula par terre lors de son arrivée. Quand il ouvrit les yeux, plusieurs personnes le dévisagèrent. « ça va mon garçon » demanda une dame qui buvait un thé assez odorant. Son accent le rassura, il semblait être au bon endroit… « Oui merci ». Il épousseta ses affaires et sortit rapidement de l’endroit où il se trouvait.

Une fois a l’extérieur, il pinça les lèvres. L’air était frais et le vent fort lui donnait déjà envie de rentrer se mettre à l’abri. Mais il était hors de question qu’il s’arrête en si bon chemin. Il resserra les lanières de son sac à dos et fit quelques pas dans la ville jusqu’à un panneau qui lui indiqua qu’il était au bon endroit. Un large sourire se dessina sur son visage. Pour la première fois de sa vie, il sentait qu’il touchait son rêve. N’écoutant que son courage, il interpella une dame qui lui proposa de l’amener à l’entrée de la réserve. Il accepta sans l’ombre d’une hésitation. « Qu’est-ce que tu viens faire tout seul à la réserve. » Timide, il se laissa tout de même aller à quelques confessions. « Je viens voir mon père. » « Peter ? » Le cœur du gamin s’emballa. Il ne connaissait pas le nom de famille de son père, mais si c’était l’homme du pendentif, alors oui, il s’appelait Peter. « Oui. » « D’accord, il adore cultiver le mystère… »

Quand la voiture s’arrêta devant le panneau. Peter descendit rapidement de celle-ci. Madame Savoyard était un vrai moulin à paroles. Il avait en effet appris que ce fameux Peter, qu’il espérait de tout cœur être son père, tenait la réserve. Un maxizoologiste connu au même titre que Newt Scamander. Quand il arriva devant l’énorme portail fermé de la réserve, le gamin passa sous le grillage. Hors de question qu’on l’empêche de rencontrer son père.

10 minutes plus tard, il marchait encore sur le chemin. Fatigué, il décida de couper à travers champs pensant que cela serait plus rapide. Théo ignorait les dangers que les animaux magiques représentaient, même s’il espérait ne pas tomber sur de grosses araignées, ou encore pire des serpents mangeurs d’enfants. « Wouah… » Laissa t’il échapper quand un troupeau de licornes passa devant lui au petit galop. Jamais, de sa vie, il n’aurait pu imaginer pareil rencontre. Cela lui donna un peu plus de courage et il continua sa route. Bientôt, il arriva dans un grand champ à l’herbe rase mais verdoyante. Il resta quelque temps à observer l’étendu qui se trouvait devant lui. L’endroit était sauvage, des crêtes se dessinaient, et les champs se frayaient un chemin à travers la roche. Soudain, un bruit strident le fit sursauter. Il chercha d’où cela venait et compris trop tard que ce son aigu venait du ciel. Quand il remarqua l’énorme masse verte qui fonçait sur lui en piquet, il s’élança à travers champs, mais malgré toute sa fougue, il n’était qu’une fourmi face à un lion. A quelques mètres de lui, l’animal se posa avec hargne. Ses griffes acérées s’enfoncèrent dans la terre et il dévoila sa dentition parfaite. Alors que Théo voyait son heure arrivée. Le dragon huma l’air tout en s’approchant de lui. Théo était si terrifié que ses jambes refusaient de décoller du sol. Plus l’animal avançait et plus il sentait la chaleur qui s’en dégageait. La créature s’arrêta à quelques centimètres de lui avant de le renifler. Visiblement, son honneur lui déplaisait, il éternua avant de secouer la tête. Théo se retrouva recouvert de morve de dragons… l’odeur était immonde. L’animal pivota son énorme tête, visiblement, il trouvait cela plutôt amusant. Vu sous cet angle, il n’avait pas l’air si dangereux que ça. Théo tendit délicatement la main. L’animal l’observa d’un coin de l’œil avant de s’étirer comme un chat. Il observa pendant de longues secondes le garçon avant d’approcher délicatement ses narines du jeune garçon. Quelques secondes plus tard, il lui donna un léger coup de tête et il lui présenta son cou. Le gamin y laissa glisser sa main avant de comprendre que le dragon recherchait avant tout qu’on ne le gratte pas entre les écailles. Théo n’y connaissait rien en Dragon, mais il savait qu’il avait à faire à un jeune… Il était petit et visiblement aussi curieux que lui. Un rire amusé sortit de la gorge de Théo quand l’animal entreprit de le gratter à son tour, ce qui n’était pas un exercice très facile vu sa masse. Leur petit moment fut interrompu par un grondement sourd. Théo releva la tête et remarqua face à eux, des animaux énormes, semblable à une espèce étrange de rhinocéros. Une seconde plus tard, ils se mirent à charger. La terre se mit à trembler et Théo s’écroula au sol tandis que le dragon s’éleva dans les airs avant de se mettre à grogner. Visiblement, il n’était pas heureux qu’on mette fin à son atelier grattouille.

« Stupefacto ! » Un éclair jaillit devant Théo et les 4 individus s’immobilisèrent. Théo resta assis dans l’herbe, toujours sous le choc, tandis que le dragon se posa à ses pieds. Il l’observa avant de le saisir délicatement par son sac pour le relever. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Théo se tourna. Devant lui, un homme d’une trentaine d’année lui faisait face. Il semblait bourru et pas forcément sympathique, mais le gamin le reconnu aussi tôt. C’était son père… ou du moins l’homme du pendentif. « Je… » L’homme roula des yeux… « Tu ? » Théo n’arrivait pas à trouver ses mots, il ne savait pas comment lui avouer. A ce même moment, le jeune dragon s’aventura vers le trentenaire. Il trottait comme un cheval de haute école et attrapa l’individu par le col pour le rapprocher de Théo. « Abraxas !!! Lache moi ! » Visiblement le dragon n’était pas très bien éduqué, vu qu’il ne lâcha pas sa prise et rapprocha encore l’individu jusqu’à le poser à côté de Théo qui n’en menait pas large. « Le jour ou je t’ai recueilli a été la plus grande erreur de ma vie ! » Le dragon les observa avant de s’asseoir comme l’aurait fait un chien. « Espèce d’abruti… » Il roula des yeux avant de poser son regard sur Théo. « Tu as eu de la chance petit, tu aurais pu te faire tuer ! » Théo en était conscient, mais il ne regrettait pas. Maintenant, il avait son père devant lui. « Je vais te ramener, où sont tes parents ? » Le visage du gamin se décomposa. Comme seule réponse, il sortit d’en dessous de sa veste, son pendentif. « Ici… je suis ton fils. » Il avait prononcé ces mots avec le peu de détermination qui lui restait. Dans sa main moite, son pendentif se mit à vibrer, puis à l’éviter. L’homme resta silencieux pendant de longues secondes et porta sa main à son cou. Il sortit de sous son manteau, le même pendentif. Celui-ci vibrer du même éclat. Jusqu’à ce que deux bijoux se décrochent du cou de leur porteur pour se retrouver et s’unir en un seul et même objet, devant le regard médusé du jeune sorcier…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




messages : 2
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Dim 2 Sep - 22:48


Peter poussa la lourde porte qui lui servait d’entrée. Il enleva son manteau d’hiver et le déposa dans le coin. Soulevant sa baquette, il lança un sort de cuisine pour manger ce soir. Pourquoi se compliquer la vie alors qu’il pouvait se nourrir en restant ainsi dans un coin. Une boule blanche sauta sur son épaule. Un jeune démiguise recueillit quelque temps plus tôt sur un marché. Il lui avait sauvé la vie. Bientôt, il tenterait de l’intégrer aux autres de son espèce, mais il était trop jeune pour se défendre. Alors il restait avec lui, jusqu’à ce qu’il soit apte à la vie en groupe. Peter caressa délicatement le pelage du primate qui se calla contre son cou. Un léger sourire au coin des lèvres, le brun prit place dans son canapé. Il ferma les paupières pendant un court instant avant de se redresser pour sortir le collier qu’il ne quittait jamais. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. À chaque fois qu’il regardait ses souvenirs, il ne pouvait s’empêcher de ressentir de la mélancolie, mais c’était mieux que rien. Au moins, il la retrouvait pendant un court instant.

À son arrivé à Poudlard, 20 ans plus tôt, Peter n’était pas spécialement populaire. Né d’une mère moldu et d’un père sorcier de sang pur, il était une abomination pour beaucoup. Traité bien souvent de sang de bourbe, même s’il n’en était pas un. Étrangement, la seule personne qui prit sa défense, hormis ses enseignants, fut une petite fille de son âge, elle aussi à Griffondor. La jolie Cassandra, il en était déjà amoureux depuis la rentrée. Elle était si jolie avec ses belles boucles. Avec le temps, elle devint rapidement sa meilleure amie. Leur relation était loin d’être approuvée par sa famille, mais à Poudlard, ils ne possédaient aucun pouvoir. Ce qui leur permet de vivre de très jolis moment. Jusqu’à ce, leur amitié, prenne un tournant pas vraiment surprenant pour ceux qui les connaissait.

Le pendentif se mit à briller et un souvenir apparut. Ils étaient âgés d’environ 18 ans, leur Aspic en poche. Jeunes et insouciants, assis l’un contre l’autre pour regarder les feux d’artifice qui signaient la fin de leurs années d’études. Un baiser volé sous la lune alors qu’elle cherchait à le fuir après avoir réduit son beau costume bleu en des haillons hideux… Il l’avait rattrapé et embrassé et rajouté. « Reste avec moi, part pas… » « … Peut-être que je peux y réfléchir, si tu m’embrasses de nouveau… » Même des années après, cette scène réussisait encore à le faire sourire. Comment aurait-il pu lui résister ? Il en avait toujours été incapable, et ce jour-là encore moins. Le souvenir prit fin, laissant Peter dans sa solitude. Il savait que pour son bien-être, il devait arrêter de regarder ses souvenirs, mais il ne pouvait pas s’en empêcher… C’était trop fort pour lui. Après cette petite soirée, les deux partirent travailler ensemble au ministère. Lui dans la régulation des animaux magiques et elle en tant qu’aurore. En cachette, loin du regard malfaisant des Malfoy. Ils continuèrent leur petite idylle, sur et certain qu’ils finiraient par faire accepter leur relation… Ils n’y arrivèrent jamais. Deux ans plus tard, une violente altercation opposa les Mallfoy à Peter et à son père. Mais même malgré ça, ils continuèrent à s’écrire, prévoyant de s’enfuir ensemble. Cassandra n’arriva jamais au point de rendez-vous. Peter passa des semaines à la chercher, des mois, même des années, mais elle s’était évanouie dans la nature, disparue comme un vieux rêve, jusqu’à ce qu’il finisse par accepter la réalité : Qu’elle n’était plus là et qu’il était seul.

Il dévala la colline à vive allure, abandonnant son troupeau de Grapcorne hérité du petit fils de Newt Scamander. Au loin, un gamin à quelques centimètres d’un jeune dragon recueillit quelques années auparavant et qu’il n’avait bien sur par le droit de posséder. Malgré sa taille encore relative, Abraxas était un tueur né qui ne laisserait aucune chance à cet enfant. Il n’acceptait que lui et refusait tout autre contact. Pourtant, le dragon abandonna bien rapidement sa posture agressive pour se comporter comme un jeune chiot devant cet inconnu. C’était à ne rien y comprendre. Si son dragon semblait de bonnes humeur, cela n’était pas le cas pour son groupe d’eruptifs. Il arriva à immobilier les animaux avant que le drame ne se produise. Qu’est-ce qu’il détestait ses gosses qui n’écoutaient rien. Que foutaient ses parents ? Bordel, un peu plus et il leur aurait ramené le corps sans vie de leur fils. Autant dire que Peter était remonté, mais bien rapidement, sa colère fut saisit par la surprise.

Depuis des années, jamais il n’avait ressentit son pendentif réagir. Cela n’arrivait que lorsqu’il se trouvait à proximité de sa moitié. Un pendentif divisible, utilisé par des couples, ou des familles, qui peut se diviser, mais n’a de cesse de retrouver les autres morceaux. Un moyen de garder les familles liées par l’amour et les souvenirs. Quand le gamin lui annonça d’une voix fluette qu’il était son père, il resta de marbre. Un train venait de lui arriver en plein visage… Son pendentif se détacha et alla retrouver celui de l’enfant avant de tomber au sol. Peter se baissa pour le ramasser. Il caressa le bijou. Après 10 ans, il était enfin réuni avec sa moitié, lui avait perdu tout espoir et voilà qu’un enfant prétendant être son fils se trouvait devant lui. « Comment tu t’appelles ? » « Théo ! » Visiblement, le gamin était tout sauf à l’aise. Il semblait même terrifiait. « Moi c’est Peter.. » D’une voix enfantine, l’enfant lui répondit. « Je sais… » et il indiqua du coin de l’œil le pendentif que le brun tenait entre les mains. Ce dernier esquissa un sourir. « Tu es déjà monté sur un hippogriffe, Théo ? » Le gamin secoua la tête. « Et bien, il a un début à tout. » Il siffla et l’animal arriva quelques secondes plus tard, dressé, il laissa Peter monter Théo sur son dos avant de prendre place à son tour. « Ramène nous à la maison. » Flash gratta énergiquement le sol et s’élança pour décoller quelques mètres plus loin. Quand a Abra, il s’élança à leur suite, virevoltant à leur côté, visiblement sensible à l’émerveillement de Théo à chacune de ses pirouettes…

« Tiens… » Théo s’était recroquevillé sur son fauteuil, il referma sa main sur la tasse qui lui tendait. « Tu sais ce que c’est ? » dit-il en lui indiquant le pendentif. « Il montre des souvenirs. » Le brun acquiesça. « Oui, mais pas qu’eux. C’est un Famillae. Il ne peut montrer que les souvenirs qu’une personne à vécu ou lui sont étroitement liés… » Ce qui signifiait qu’une personne extérieure qui trouvait ce pendentif ne pourrait rien voir. « Tu peux me montrer… » Séparant de nouveaux les deux pendentifs, il rend sa moitié à Théo. « Vas y… » Hésitant, le gamin murmure « mémoria.. » et tout s’enchaîne. Tout d’abord une scène qu’il ne connaît que trop bien, pour l’avoir lui aussi dans son propre pendentif.


« Il était trop mignon… »
« Il pleurait beaucoup quand même… » Cassandra éclate de rire. « Arrête, t’en étais dingue… » Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. « C’est possible… » Ils étaient ensemble depuis assez longtemps, bon encore jeunes, mais Peter ressentait déjà l’envie de devenir Papa. Délicatement, il laisse glisse ses lèvres vers oreille de la jeune fille lovée dans ses bras. « Tu veux des enfants ? » lui demande t’elle en se tournant vers lui, le regardant avec ses yeux si bleus qu’il se noie à chaque fois à l’intérieur. « Oui… avec une préférence pour un garçon… » Cassandra éclate de rire. « Ça, c’est parce que tu veux monter une équipe de Quidditch ! » Tout a fait… et aussi parce qu’il se voyait faire plus d’activités avec un garçon qu’une fille. Et surtout, il s’inquiéterait moins. « Moi, je veux juste qu’il ou elle soit en bonne santé ! » « Hmmm » Amusé, il attrape la blonde et la retourne comme une crêpe. « Et pourquoi tu ne commencerais pas, par dire oui à ma demande en mariage !!! » Il essayait, mais c’était compliqué. « S’il n’y avait que moi, je t’épouserai sur-le-champs » Murmura t’elle avant de coller ses lèvres aux siennes.


Le souvenir prit fin. « C’est mon premier. » L’émotion de Peter était palpable. Si Théo possédait se souvenir, c’était parce qu’à ce moment précis, Cassandra était déjà enceinte. « C’est le dernier que nous avons enregistré tout les deux… » Laissa-t-il échapper avant d’inspirer une grande bouffée d’air. « Une semaine après sa famille est venue la chercher et je n’ai rien pu faire. Ils ont menacé mon père, moi par la même occasion. J’ai du là laisser partir. » Et il s’en voulait, bordel qu’est-ce qu’il s’en voulait. Il l’entendait encore crier, il se revoyait en train de lutter dans les bras de son propre père pour l’empêcher de se prendre un sort qui l’aurait sûrement achevé. Le brun n’eut pas vraiment le temps de penser à sa pensée. Le deuxième souvenir apparut. Cassandra était couchée, elle caressait son ventre avec tendresse. « Hmm si t’es un garçon, je t’appellerai Newt. Ton père en est une grand fan, mais si on laisse Peter décidait de ton prénom, tu risques de t’appeler Sirius ou Henry et c’est pas top, pas top… » Troisième souvenir, Cassandra un peu plus grosse, en train de chanter une berceuse tout en activant ses baguettes pour créer un vêtement pour bébé. Quatrième souvenir, le dernier, plus inquiétant. « Il va falloir qu’on parte mon chéri, hors de question que je les laisse te prendre… je t'aime tant» Suivit de pleins de mots d’amour, preuve irréfutable que Cassandra aimait son fils avant même qu’il ne vienne au monde… Preuve aussi que Peter en était bien le père, mais il n’en avait plus eu aucun doute, à partir du moment où il comprit que les souvenirs étaient bien ceux de Théo.

« J’ai grandi en orphelinat dans l' Arizona. Je pensais que vous viendriez me chercher… » Soudain, Peter fut envahi par la culpabilité. « Théo… Je suis désolé, je ne savais pas… » Si seulement il avait su, il n’aurait jamais laissé son fils croupir chez les moldus dans un orphelinat. Le gamin lui raconta son histoire. Son arrivée à l’école de sorcellerie, jusqu’au miroir qui l’avait conduit ici… « S’il te plait, me renvoie pas à l’orphelinat. » Le gamin éclata en sanglots. Dépourvu, Peter se rapprocha de lui. « Théo, si j’avais su, je serais venu te chercher, jamais je ne t’aurais laissé, jamais d’accord ? » Le gamin releva la tête. « Allez viens. » Peter écarta les bras et Théo ne mit pas longtemps à s’y engouffrer, tandis que son père le serra avec tendresse contre lui. Théo pouvant enfin profiter du cocon familial qui lui avait toujours refusé. « Je comprends maintenant pourquoi Abra t’apprécie autant. » Dans les bras de son père, Théo observe par la fenêtre le dragon qui les regarde. « Pourquoi ? » « Les dragons reconnaissent les membres de leur famille par l’odeur. Il a su que t’étais mon fils avant même que je le sache. » Pour la première fois depuis leur rencontre, un sourire éclaira le visage de Théo. « Je l’aime bien ! »


« Allez, viens, on a des choses à faire. »
Peter posa son fils au sol. C’est qu’il pesait son poids quand même. « Quoi ? » « Bha préparé ta chambre ! Et je peux dire qui va voir du boulot. » Le visage de Théo se mit à rayonner. « D’accord ! » Le brun entraîna son fils derrière lui et poussa la porte d’une chambre qui ressemblait plus tôt à un débarras. « Hmmm au moins, on pourra la faire à ton goût, après avoir enlevé tout ce bordel. Tu me montres ce que tu as appris à l’école. » Fier et bien décidé à impressionner son père. Théo sort sa baguette avant de commencer à faire léviter les objets pour les sortir par la fenêtre. Peter l’imite, il est encore totalement perdu, ne sachant pas comment il va réussir à bien élever son fils, mais ce qu’il sait, c’est qu’il ne laissera plus personne l’éloigner de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


messages : 5
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Mar 11 Sep - 21:12



Théo adorait sa nouvelle chambre. Pour la première fois de sa vie, elle était uniquement pour lui. Emmitouflée sous ses draps aux odeurs fleuries, il serra contre lui l’énorme peluche que son père lui avait acheté quelques jours auparavant. Ignorant encore que son fils était un peu grand pour ce gende d’attention, mais Théo s’en moquait. Il avait tellement attendu de vivre ces moments qu’il ne passait plus une nuit sans dormir avec son énorme peluche chien. En plus d’un lit, son père lui avait aussi offert une bibliothèque, un joli bureau, des rideaux bleus, un balai pour le Quidditch, des jeux qu’ils n’avaient même pas encore eu le temps d’essayer, et ce n’était rien face à l’armoire remplie d’affaire qui se trouvait juste en face de son lit. Pour la première fois de sa vie, Théo n’avait pas eu besoin de demander quelque chose. Son père s’était occupé de tout et il devait avouer que pour les affaires, il avait du gout. Il lui tardait déjà de retourner à l’école pour montrer à ses amis toutes ces nouveautés.

Enfin il ne se promènerait plus avec ses chaussettes trouées et ses vieux jeans usés. Il avait aussi contacté la famille qui lui avait permis de rentrer à l’école, afin de la mettre en relation avec son père. Bientôt il pourrait définitivement se dire Diggory. Le test d’Adn était arrivé avant-hier, affirmant à plus de 99 ,9 % qu’il était bien le fils de son père. Une vraie victoire pour le petit garçon qui pouvait enfin s’endormir en sachant que quelqu’un l’attendrait le lendemain matin. Malgré sa joie, le bonheur de Théo n’était pas complet, il lui manquait sa mère. Quand il voyait son père, il avait l’impression que ce dernier ressentait autant le manque que lui. Ce dernier lui avait expliquer que la famille de sa mère, Les Malfoys ne supportaient pas de base la famille des Diggory, encore moins les enfants comme son père, ceux né d’un parent moldu. Contre la relation de leur fille avec Peter, ils avaient tout fait pour les séparer, ce qui rendait presque impossible la possibilité de retrouver sa mère. Son père lui en parlait souvent… Théo l’aimait déjà, mais les mots ne pourraient jamais la remplacer. Il préférait cependant éviter de trop en parler pour ne pas trop blesser son père. Il savait qu’il la cherchait… maintenant il n’avait plus qu’à croiser les doigts pour qui la retrouvent. Avec cette idée dans la tête, le petit garçon se laissa doucement traîner dans le monde des rêves.

Un bruit de frottement sur sa vitre attira son attention. Dépliant ses paupières, il esquissa un sourire, avant de tirer sur son rideau occultant. Un rire amusé s’éclaira de la gorge quand il aperçut l’énorme œil d’abraxas l’observait par la fenêtre. Visiblement ce dernier était impatient que Théo le rejoigne à l’extérieur. Le gamin sauta de son lit, balança son pyjama dans un coin de la chambre et enfila rapidement une tenue. Il s’élança hors de sa chambre, direction la porte de sortie, mais avant qu’il n’ait pu mettre un pied dehors. Il fut coupé dans son élan, par une main qui venait de se refermer sur sa capuche. « On sort pas avant d’avoir déjeuner ! » Oups il avait oublié ce détail. « D’accord ! » Théo embrassa son père et partit s’asseoir sur sa chaise avant d’engloutir ses tartines en quelques secondes. « Jpeux yller ? » Peter leva un sourcil puis l’autre avant d’abdiquer. « Ouais… mais vous allez pas trop loin ! Je viens te chercher quand on va nourrir les animaux. » Théo acquiesça. Il adorait aider son père. Dire qu’il côtoyait des animaux que certains ne verront jamais. Il avait une chance exceptionnel de voir chaque jour, des hippogriffes, des niffleurs et des occamys, mais son animal préféré était de loin Abra. Quand il sortit de la maison, le dragon ne mit pas longtemps à faire son apparition. Pour le moment il était un peu plus petit que la maison, mais selon son père, il était bien loin d’avoir atteint sa taille adulte. Aussi doux qu’un chien, il frotta son énorme tête contre le garçon, avant de s’élancer derrière Théo qui adorait courir dans les champs. Les deux jouaient à une multitude de jeu, le préféré du dragon : un deux trois soleil !!! Et il était assez doué pour se transformer en statue de pierres…A part quand une feuille venait lui chatouiller les narines, ce qui fut le cas et qui le vexa pendant une bonne demie heure. Dans ses livres scolaires, Théo avait lu plein de choses sur les dragons. On les présentait très souvent comme des créatures hideuses, violentes, animé que par la rage de sang, dénué de sentiments et surtout d’intelligence. Abraxas n’était rien de tout ça. Théo savait qui le comprenait, ils possédaient tout les deux leur propre communication et le jeune garçon craignait le jour ou son ami s’envolerait pour ne plus jamais revenir…

« Abraxas !!! » Les oreilles du dragon se pointèrent. Il passa rapidement sa tête sous les jambes de Théo qui s’agrippa à son cou terrifié. « Abra !!! » Il ne lui avait jamais fait ça, mais visiblement pressé de dévorer sa vache, il préféra prendre Théo sur son dos plutôt que de l’attendre. En vérité, le gamin était plutôt aggripé à son cou. Mais finalement après quelques minutes de vol, il commença à apprécier ce voyage dans les airs forcés. Par contre, cela ne plu pas vraiment à son père, qui lui passa une soufflante. « Mais c’est Abra ! » En guise de réponse, le dragon lui tourna le dos, tout en croyant sans vergogne dans le jarret du pauvre bovin… Ce dragon était un vrai gamin !


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




messages : 2
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Mer 12 Sep - 20:54


Papa…Peter avait encore du mal à s’en remettre. Quand Cassandre avait disparu de sa vie, il avait tout simplement fait une croix sur sa vie amoureuse. Il l’avait tellement aimé qu’il l’aimait encore aujourd’hui. Dans son cas, l’adage, loin des yeux, loin du cœur ne s’appliquait pas. Sans sa blonde, il ne se voyait pas fonder une famille, à part en se mentant au plus profond de lui et cela n’en aurait pas valut la peine. Et voilà que leur propre fils débarquait dans sa réserve, comme tombe un gland d’un chêne. Peter n’avait pas eu beaucoup de doute quant à sa paternité, mais il doutait désormais de sa capacité à être un bon père. Au fond de lui, il n’arrivait pas à retirer son sentiment de culpabilité. Si seulement, il l’avait su plutôt, il n’aurait pas hésité une seconde et serait allé le chercher pour ne pas qu’il vive une seconde de plus dans l’orphelinat. Bien évidemment, les Malfoy avaient joué de manière à ce que rien de tout ça ne revienne à ses oreilles. Cela le rendait dingue, déjà qu’ils lui avaient pris la femme qu’il aimait, ils s’étaient aussi attaqués à un enfant sans défense. Le simple fait d’y penser lui donner envie de se rendre chez eux pour faire un esclandre, mais il refusait d’exposer Théo. Préférant que la famille du côté de sa mère ne se souvienne même pas de son existence. Tout était différent pour Cassandra. L’arrivée de Théo avait relancé Peter dans ses recherches, mais pour le moment, il faisait encore chou blanc… Elle était toujours impossible à trouver… À se demander s’il ne lui était pas arrivé malheur. Peter avait aussi pris le temps de rassurer la famille Potter qui avait permis à son fils de rentrer à l’école, tout comme la famille de ses deux amis, même s’il ne s’était pas attardé pour ses derniers. Dans ses souvenirs, ils étaient assez proches de la famille Malfoy, alors il préférait continuer à faire profil bas.


Autant dire que l’arrivée de Théo chamboula sa vie de célibataire. Sa chambre d’ami qui ressemblait plus à un gros bordel, abritait désormais une jolie chambre d’adolescent. Il avait essayé de faire aux mieux pour que Théo se sente à l’aise, même s’il se doutait qu’acheter des affaires, ne rattraperait pas les années perdues. Il avait dû aussi faire un test de paternité pour pouvoir reconnaître son fils. Désormais, il n’avait plus qu’à attendre les papiers pour que son fils obtienne son nom de famille.


Assis sur le banc, le brun observait avec fierté Théo qui virevoltait dans les airs pour son entraînement de Quidditch. Comme on le dit souvent le gland, ne tombe jamais loin de l’arbre. Le père et le fils aimaient tout autant l’un que l’autre ce sport, même si cela faisait un paquet d’années que Peter n’avait pas posé ses fesses sur un balai. Il avait recommencé pour faire jouer Théo, mais pour ce qui était des entraînements en la matière, il préférait laisser faire un professionnel. Théo s’était rapidement intégré dans la petite équipe de la ville, ce qui n’était pas plus mal. Histoire qu’il se fasse des amis dans ce petit village irlandais pour ne pas trop s’ennuyer pendant les vacances. D’ailleurs rien qu’en pensant que son fils devait repartir pour l’école le déprimait… Il n’avait aucune envie de le laisser pendant des mois, mais il n’avait pas vraiment le choix.


Une demie heure après la fin de son entraînement, Theo sortit des vestiaires. « Tiens ! » Peter lui enfonça sur la tête, sa casquette de son équipe de Quidditch préféré avant de partir en direction de la voiture. Aujourd’hui, ils partaient pour l’Angleterre, dans la famille de Peter, au pays des Moldu. Ses parents lui avaient appris à vivre dans les deux mondes, Peter connaissait bien les deux modes de vie, mais vivait depuis qu’il avait trouvé son indépendance uniquement dans le monde des sorciers. Pas vraiment étonnant vu que son travail consistait à étudier des espèces introuvables dans le monde moldu. Enfin à part quand certaines d’entre elles passaient y faire un tour. Après une demie heures de voiture, le duo prit la route dans un chemin forestier pour finir par aboutir devant une vielle voiture rouillée. « C’est notre porteauloin ! » Théo n’en avait jamais entendu parler, il regarda l’objet avec curiosité, ce qui amusa son père. « Il faut qu’on le touche. » Bien trop inquiéter de perdre son fils. Peter attrapa Théo avant qu’il ne touche l’objet, histoire de voyager en même temps que lui.


Dès qu’il avait appris son existence, il n’avait pas perdu une minute pour prévenir sa famille. Impossible pour sa mère d’attendre une minute de plus pour rencontrer son petit-fils. Impossible pour elle de voyager dans le monde des sorciers, heureusement, Peter et Théo pouvaient se rendre dans le monde Moldu sans aucun souci. Une fois arrivée sur une petite colline. Peter se redressa et s’étira. Théo ne s’éloigna pas d’un centimètre, visiblement encore sous le choc de ce qu’il venait de vivre. « Ne t’inquiète pas, ça va passer. » Ils venaient à peine d’arriver qu’un nuage de poussière s’éleva de la route. « Les voilà…et vu à la vitesse qu’ils arrivent. Tu peux être sûr que c’est ta grand-mère qui conduit ! » Sa mère était folle au volant… Peter imaginait son père se cramponnait contre sa portière en priant pour vivre une minute de plus. Quand la voiture s’arrêta, cette dernière sortit en première. Théo se fit sauter dessus en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. « Maman, laisse le respirer… » Heureusement que Théo n’était pas réfractaire à être pris dans les bras, parce que pour le coup, sa grand-mère le serrait dans les bras, tout en pleurant les larmes de son corps. « Je suis tellement heureuse ! »

Visiblement, ce n’était pas la seule, Théo aussi. Tout comme Peter. « Il te ressemble. » « C’est vrai. » Laissa échapper Peter, pas peu fier et visiblement, c’était aussi le cas de Théo. Il était clair que Peter ne pouvait pas le renier… Il lui ressemblait trait pour trait, mais le caractère ce n’était clairement pas lui. C’était Cassandra tout crachée… En pensant à elle, son cœur se serra une fois de plus. Encore aujourd’hui, elle lui manquait atrocement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


messages : 5
date d'inscription : 31/08/2018

MessageSujet: Re: it's a beginning   Lun 5 Nov - 23:01


Ce matin là, quand il avait découvert le paquet l’attendant sur la table ou il prenait habituellement son petit déjeuner. Théo marqua un temps d’arrêt. Pas habitué à recevoir des cadeaux, il ne savait finalement pas si celui-ci lui était adressé ou si au contraire son père comptait l’offrir à une connaissance. « C’est pour toi. » Laissa échapper James tout en passant délicatement sa main dans la tignasse brune du petit garçon. Théo adorait son père, même s’il ne le connaissait pas depuis longtemps. Avec lui il se sentait en sécurité, serein et surtout aimé et cela ne lui était jamais arrivé. Voilà une semaine qu’ils étaient rentrés de leur week end chez ses grands parents. Pour fêter sa venue, Théo s’était retrouvé à Disneyland. Certes pas de magie comme il la connaît, mais une toute autre magie qui lui avait tout aussi plu. Il affichait fièrement les photos prisent dans Space Montain. Lui et son père, les bras vers le ciel. Sa première photo de famille. Et puis une avec ses grands parents et le chien de la famille. La seule déception de l’adolescent, c’est qu’aucune photo ne représentait Abra, mais ce n’était peut-être pas plus mal et vu sa taille, pas sur qu’il rentre dans le cadre. Un sourire aux lèvres, Théo tira sur ficelle du cadeau. Contrairement à un cadeau humain qu’on déballe. Le cadeau de son père entreprit son propre déballage dès qu’il tira sur la falaise. « Wouah ! » Une tenue de Quiddich apparut pile sous son nez et il tendit les mains pour l’attraper. « Les couleurs changent selon ton club. » Émerveillé par cette nouvelle, Théo leva les yeux vers son père comme si ce dernier venait lui annoncer un véritable miracle. Mais le cadeau ne s’arrêtait pas là et quelques secondes plus tard, un balai apparut à son tour. « Il est trop beauu ! » En guise de remerciement, Théo sauta sur son père. « Merci! Je vais l’essayer ! » Il s’élança à l’extérieur. Bien décidé à tester sa nouvelle monture juste avant le match qui se déroulait un peu plus tard en début d’après midi. Dès qu’il eut mis un pied dehors, une masse connue et amicale apparut. Abra ne le quittait jamais, si c’est quand Théo s’absentait de la réserve. L’adolescent ne savait pas comment Abra faisait, mais dès qu’il revenait, Abra apparaissait en moins de cinq petites minutes. Avec tendresse, il posa sa main sur l’énorme tête du dragon. « Tu as vu ! » Visiblement Abra ne trouvait aucun intérêt à un balai volant, il se contenta de déployer ses ailes, bien plus fonctionnel que cet objet sorcier. « Allez viens on y va. » Théo enfourcha son balai et s’éleva dans les airs suivit par Abra qui fendit l’air pour s’élever à ses côtés. Le gamin entendit bien le « attention » de son père, mais n’y prête pas vraiment attention.

Quatre heures plus tard, il s’apprêtait à rentrer sur le terrain de Quidditch avec le reste de son équipe. « Tu fais attention, évite les cognards, et pour le reste amuse toi. » Peter serra tendrement Théo dans les bras avant de le libérer. Si certains de ses amis trouvaient ça ringard d’avoir besoin de tendresse parentale, Théo s’en moquait, lui en avait besoin. « Promis. » Il allait faire attention et attraper ce fameux vif d’or. Tout fier de lui, Théo resserra sa main sur son balai et prit le chemin vers le centre du terrain. Au coup de sifflet, il s’élança dans le ciel, bien décidé à ne pas décevoir son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: it's a beginning   

Revenir en haut Aller en bas
 

it's a beginning

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» Commun - Intrigue 13 - A new beginning - Earthquake
» NJPW The New Beginning in Sapporo
» The beginning of a new life [PV : Logan] terminé
» Let every dawn be to you as the beginning of life ♥ PHOELEEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tears of Polaris :: Notre grande famille :: Land of magic-